आए बाउको गए सासु को Aaye baau ko, gaye sahu ko. “Saisir sa chance”. (Proverbe népalais)

Tout comme Beyoncé, nous croyons que les femmes “run the world”, qu’elles dirigent le monde. Du moins, nous croyons à plus d’égalité entre les hommes et les femmes. L’un de nos majeurs projets est l’émancipation des femmes népalaises afin de leur donner une plus grande prise de pouvoir dans leurs droits civiques et dans leurs droits en tant que femme.

Photo by Justin Alexander

Beaucoup de femmes à travers le Népal se battent au quotidien. Pour leur propre vie, mais aussi pour celles des membres de leur famille. Elles doivent endurer de lourds et physiques emplois tels que des travaux agricoles, des travaux dans la construction: casser et porter des briques sur de longues distances, à la force de leurs corps, pour une bouchée de pain, et sans jamais se plaindre.

Photo by Justin Alexander

Malgré leur force et leur courage, le statut d’une femme au Népal est encore contestable aujourd’hui.

De nombreuses jeunes filles, de 15 ans et parfois moins, sont encore forcées au mariage, destinées à une vie de foyer et à de précoces grossesses, aux dépens d’une scolarité et d’une éducation appropriées, pourtant clés d’un avenir meilleur.

Nous sommes persuadés que l’éducation, et peut-être encore plus particulièrement celle des jeunes femmes, est la meilleure solution pour rompre le cycle de pauvreté d’une nation. L’éducation permettrait en outre à ces filles, si ce n’est d’espérer à un meilleur futur, l’opportunité de choisir leur propre destinée.
L’instruction est une forme d’encouragement à l’égalité entre les sexes, tout en reculant l’âge du mariage et de la première grossesse. C’est un canal d’informations et de transmission des droits de la femme, les rendant moins sujettes aux violences domestiques, aux abus et aux diverses exploitations. L’éducation permet de réduire le taux du SIDA et autres maladies sexuellement transmissibles, et de diminuer le nombre de suicides des jeunes femmes, causés par le stress émotionnel d’un mariage précoce et forcé.

Notre rêve, grâce à la Justin Eco-Foundation, est de fournir à chaque jeune fille une éducation décente, mais aussi de donner aux femmes la force et le courage de prendre leur vie en main. Nous mènerons des ateliers couvrant de vastes sujets tels que:

  • l’introduction aux droits civiques et aux droits du travail: droit de vote, comment ouvrir et tenir un commerce, comment enregistrer civiquement une naissance, etc…
  • la sensibilisation à l’hygiène féminine et aux menstruations: au Népal, de nombreuses femmes n’ont toujours pas accès à une protection décente lors de leurs règles.
  • La prise de conscience et une réflexion sur des domaines tels que la parentalité, la famille, la santé: sur les maladies sexuellement transmissibles, la malnutrition, le traitement de l’eau, les notions d’hygiène, l’alcoolisme, les violences domestiques, etc.
  • La confiance en soi et l’esprit d’initiative: les femmes peuvent elles aussi être des exemples et des modèles de réussite au même titre que les hommes, des « leadeuses », et par dessus tout les « leadeuses » de leur propre vie.

Pour atteindre notre but, nous allons faire appel à de nombreux professeurs, orateurs, spécialistes de santé, mais aussi à toutes ces femmes fortes et puissantes qui peuvent les inspirer et leur montrer la perspective d’une autre vie.
Nous voulons créer un centre où n’importe quelle femme pourrait se sentir à l’aise de parler et de demander de l’aide si elle le souhaite.

Encore une fois, un endroit où règne l’amour et la bienveillance: un endroit où la femme pourra retrouver la lumière manquante dans sa vie.
Quelque soit son âge, son éducation, son village, sa caste: nous travaillerons et avancerons ensemble, main dans la main, à l’unisson.

Ps: Beyoncé, tu es la bienvenue si jamais tu souhaites venir donner une conférence!!!