Son souhait? Un monde où tous les enfants seraient heureux et libres de rêver.

Aurore Amil pour les francophones, Aurora pour les non-francophones, “teacher Arora” pour 98 enfants sri-lankais, prétend avoir 20 ans, mais en a en réalité 28. Elle a grandi dans sa chère et tendre Bretagne, au son de la cornemuse et de la douce odeur de crêpes. Bercée depuis toujours par les récits de voyages de son père, ancien marin, Aurore se prend à rêver de voyages et de contrées lointaines.

Son esprit d’aventures, son amour pour les livres et les histoires, font d’Aurore une enfant rêveuse et à l’imagination débordante: elle s’imagine actrice d’un monde qu’elle créerait selon ses envies. Un monde sans violence et sans souffrance, un monde de paix, sans pollution et où chacun s’entraiderait dans l’amour et la compassion, quelque soit son origine ethnique, sa couleur de peau, sa langue, sa religion, ses croyances. Un monde où les autres enfants de son âge ne grandiraient pas seuls dans la rue et sans amour, un monde où ils trouveraient tous le chemin de l’école sans jamais être exploités ou abusés.

Un monde où chaque enfant serait aussi heureux et libre de rêver qu’elle.

C’est tout naturellement qu’Aurore se tourne vers des études de langues et de civilisations étrangères; toujours dans l’optique de comprendre et de découvrir le monde qui l’entoure. Selon elle, l’apprentissage des langues étrangères est un outil merveilleux qui permet de communiquer n’importe où dans le monde et de relier chaque être humain entre eux. Également attirée par l’art et la création, Aurore travaille quelques temps en France dans le secteur de la décoration. En s’imaginant construire un jour un bel endroit qu’elle décorerait et qui réunirait des gens dans le besoin…

En quête de nouveaux challenges, Aurore quitte son travail et sa situation confortable pour s’envoler au bout du monde en durée indéterminée. Après avoir travaillé et voyagé un an en Nouvelle-Zélande, elle se lance dans l’aventure qu’elle a toujours cherché sans même le savoir: l’humanitaire. C’est sous l’égide de l’ONG londonienne Street Child, qui œuvre pour les droits de l’enfance à travers le monde et notamment le droit à un accès durable et de qualité à la scolarité, qu’Aurore se rendra au nord du Sri Lanka, région fortement impactée et traumatisée par la Guerre civile sri-lankaise. Pendant 3 mois Aurore enseignera l’anglais à 98 écoliers, âgés de 5 à 10 ans.

Sa meilleure récompense, et le souvenir qu’elle emportera partout dans ses bagages? Les sourires de ces 98 enfants.

Elle poursuit son aventure avec Street Child et se rend fin novembre au Népal, dans leur bureau à Katmandou. Le Népal est de ces voyages qui lui bouleversera la vie: elle tombe en amour pour le pays, ses paysages, sa culture, son peuple, ses sourires. C’est en se promenant dans la capitale qu’Aurore se fait la promesse de faire tout ce qui est en son pouvoir pour aider les enfants des rues et les communautés népalaises en détresse. Le regard vide d’une petite fille, seule et sans espoir dans les rues touristiques et animées de Thamel, la marquera à tout jamais.

Il est donc enfin temps pour elle de créer ce monde dont elle a temps rêvé: un monde où chaque enfant serait aussi heureux et libre de rêver qu’elle…