Sa devise? “Be always happy and spread your beautiful smile to the world”: “Sois toujours heureux et répand au monde ton beau sourire”.

Bishal Kapali, 28 ans, est né à Katmandou, la capitale népalaise qui fût son terrain de jeu tout au long de son enfance.

Depuis tout petit Bishal se sent connecté au monde qui l’entoure, et n’a qu’un rêve en tête: pouvoir aider qui peut être aidé, et illuminer la vie de toute personne qui croisera son chemin. À tel point que pendant son adolescence, il choisit d’éviter les bancs de l’école pour donner de son temps à la maison de retraite de son quartier. Ce sont de ces personnes âgées et pleines d’expériences que Bishal tirera les enseignements et les leçons de vie qui feront de lui l’homme qu’il est aujourd’hui.

Le dramatique tremblement de terre qui secoua le Népal en 2015 a été un tournant dans la vie de Bishal. Alors qu’il travaillait dans l’auberge de jeunesse “Fireflies” qu’il a lui-même fondé à Katmandou, il met sa vie de côté pour se dédier entièrement à l’aide d’urgence. Pendant des semaines, privé de nourriture et de sommeil, il se démène pour sauver le plus de vies possible et pour apporter un maximum de réconfort à son peuple meurtri.

Grâce à l’amour infaillible et à la confiance de ses nombreux amis à travers le monde, il recevra en moins de 15 jours plus de 300 messages de soutien et d’encouragements, et récoltera près de 20 000 dollars américains qui serviront à nourrir, habiller et loger provisoirement des communautés de villages isolés (de la vallée de Katmandou, de Gurkha, de Sindupalchok, etc…).

Il a par la suite avec l’aide d’une amie, récolté 3000 autres dollars pour mener à bien un projet visant à réparer des canalisations endommagées par des glissements de terrain provoqués par le tremblement de terre, dans le but de restaurer l’accès à l’eau pour des communautés rurales dans le besoin.

Le beau sourire et les jambes musclées de Bishal l’auront par ailleurs menés sur tous les chemins de randonnée du Népal, et dans de nombreux pays à travers le monde.

En juin 2018, alors qu’il vit en Nouvelle-Zélande, il affrontera encore une fois un combat contre la mort. Victime d’un grave accident de voiture, sa vie s’en trouvera de nouveau chamboulée. Sa jambe droite, en miettes, l’obligera à rester alité pendant près de 6 mois. C’est durant cette période que Bishal se souviendra du rêve qui l’anime depuis son enfance: ouvrir un orphelinat et une maison de retraite au Népal, son pays d’origine, ses racines. Un lieu qui réunirait toutes les personnes démunies, en manque d’amour et dans le besoin: les orphelins, les personnes âgées, mais aussi les personnes en situation d’handicap, les personnes seules… et les nombreux volontaires et voyageurs du monde entier prêts à apporter de l’aide et de l’amour.

Un lieu que tous pourraient appeler “maison”. Un lieu où tous seraient toujours heureux, un lieu où tous répandraient au monde leurs beaux sourires…